Les Traitements des Troubles Musculo-Squelettiques

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont un ensemble d’atteintes douloureuses au niveau des muscles, des tendons et des nerfs et une gêne fonctionnelle. Premières causes de maladies professionnelles, ils sont généralement causés par une mauvaise posture, des gestes inadéquats ou fréquemment répétés. La bonne nouvelle est que ses symptômes sont facilement identifiables et leurs traitements sont accessibles à tous. Nous verrons dans cet article les Traitements des Troubles Musculo-Squelettiques.

Les causes des TMS

Les TMS sont les conséquences d’une hypersollicitation des tissus périarticulaires, d’un manque d’hydratation et d’un manque de récupération. Ils sont causés par des mouvements répétitifs ou réalisés de manière inappropriée par rapport aux capacités de l’individu.

A voir aussi : Quelles sont les meilleures mutuelles pour les retraités ?

Il existe plusieurs facteurs qui entrent en jeu dans l’apparition des troubles musculo-squelettiques. Il s’agit de l’environnement de travail physique, mais aussi l’ambiance de travail. En supplément viennent les postures répétées, le port de charges lourdes, les éléments propres à l’individu (âge, sexe, pathologies associées…).

Les symptômes et les facteurs favorisant les TMS

Les symptômes des troubles musculo-squelettiques ne sont rien d’autre que :

A lire aussi : Puis-je résilier ma mutuelle avant la date anniversaire ?

  • Les raideurs ;
  • Les lourdeurs articulaires qui durent des jours et
  • une gêne fonctionnelle.

Plusieurs facteurs favorisent les TMS sont multiples. En autres

  • Les facteurs biomécaniques comprenant : gestes répétés, travail statique, vibrations fréquentes ;
  • Les facteurs environnementaux comme : le froid, le bruit ou un mauvais éclairage ;
  • Les facteurs psychosociaux : le stresse du travail, l’insatisfaction, de mauvaises relations entre collègues ;
  • Les facteurs individuels qui sont : l’âge, la fragilité physique et la fragilité psychologique.

Les traitements des Troubles Musculo-Squelettiques

Pour soigner convenablement les TMS, il faut un traitement adapté ou une combinaison de traitement. Faisons le point sur ces différents traitements.

La suppression des facteurs favorisant les TMS

L’arrêt des activités de force, répétitives ou posturales provoquant les douleurs permettent une réduction considérable des troubles musculo-squelettiques. Il est indispensable aussi d’agir sur les facteurs favorisant le trouble musculo-squelettique afin de réduire les symptômes.

Les traitements médicamenteux

Après un diagnostic, votre médecin peut vous prescrire un traitement médicamenteux, des outils, des conseils et des bonnes pratiques à adopter pour soulager vos symptômes. Voici les principaux médicaments :

  • Les antalgiques dits non spécifiques, comme le paracétamol pour les douleurs faibles et modérées (contre-indiqué en cas d’allergie, de phénylcétonurie et de maladie grave du foie) ;
  • L’aspirine pour les douleurs faibles et modérées (ne doit jamais s’associer à des anti-inflammatoires)
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (ibuprofène, kétoprofène) pour les douleurs modérées et intenses. Mais, ils sont utilisés sur une courte période ne dépassant pas 5 jours, car ils contiennent de nombreuses contre-indications d’utilisation et peuvent être responsables d’effets secondaires.

Il peut arriver que ces solutions ne suffisent pas à soulager vos douleurs. Dans ce cas, il existe d’autres solutions thérapeutiques. Notez que l’automédication est fortement déconseillée.

Les autres solutions thérapeutiques

Vous pouvez opter pour d’autres solutions si le traitement médicamenteux ne fonctionne pas. On note :

  • La rééducation : qui comprend la physiothérapie, les massages, etc. ;
  • L’infiltration de corticoïdes : qui consiste à injecter un produit dérivé de la cortisone dans l’articulation douloureuse ;
  • L’immobilisation des articulations douloureuses par orthèse pour mettre l’articulation au repos ;
  • La chirurgie afin de venir à bout de certains TMS, par exemple le syndrome du canal carpien ;
  • Les médecines douces : dont l’efficacité n’est pas reconnue par l’intégralité du corps médical.

En effet, ces soins alternatifs peuvent aider les patients victimes de TMS à retrouver une qualité de vie.

La prévention des troubles

Pour prévenir les TMS, il faut nécessairement miser sur la réduction des facteurs favorisants. Par conséquent, il faudra donc veiller à sa posture, éviter les gestes répétitifs et  limiter les contraintes exercées sur l’appareil .

Pour les entreprises, la prévention des troubles passe par  4 étapes qui consiste à :

  • Établir un état des lieux des TMS dans l’entreprise pour récolter et analyser des données sur les maladies professionnelles au sein de la structure ;
  • Mettre en place le projet de prévention afin d’identifier les axes de travail et d’amélioration, informer et mobiliser le personnel autour de la question ;
  • Faire le point des actions à mettre en place en priorité pour établir et mettre en œuvre un plan d’action concret ;
  • Réaliser le bilan de la démarche de prévention et analyser les résultats.

Voila donc un processus qui permet de prévenir les TMS.