Comment se passe le test o’sullivan ?

Dans la vie de la femme, la grossesse est une situation particulière. Synonyme de plusieurs questionnements relatifs à l’enfant, cette période suscite aussi beaucoup de questionnement chez la mère et ses proches. Pour s’assurer que les deux êtres jouissent d’une parfaite santé, plusieurs tests doivent être effectués. Parmi ces derniers, on distingue le test o’sullivan. Dans cet article, découvrez toutes les informations relatives à cette dernière.

Quelles sont les différentes étapes du test o’sullivan ?

Le test o’sullivan permet de vérifier la tolérance glucidique. Il est effectué dans l’optique de mettre à l’épreuve les mécanismes de régulation du glucose sanguin maternel. Bien évidemment, c’est un test qui s’effectue en cours de grossesse entre 24 et 28 semaines d’aménorrhée. C’est-à-dire entre la 22e et la 26 semaine de grossesse. Pour effectuer ce test, la femme enceinte doit se rendre à jeun dans un laboratoire médicale.

Lire également : Les 10 meilleures choses à faire durant une grossesse

Une fois sur place, le professionnel de santé réalise sur le patient, une glycémie à jeun. Pour ce faire, il administre à la femme enceinte 75 g de glucose. Elle devra ensuite patienter pendant deux heures au cours desquelles deux doses de sucre seront effectuées dans le sang. L’une après 60 min et la seconde après 120 minutes. Pendant les différents intervalles de temps, plusieurs tests de glycémie seront réalisés et relevés. Les résultats du test seront donc obtenus immédiatement.

A voir aussi : Comment sevrer le bébé la nuit ?

Comment traduire les résultats du Test o’sullivan ?

Le test o’sullivan est une hyperglycémie provoquée orale (HGPO). Puisque c’est un test de dépistage, il existe essentiellement deux cas. Soit, il est positif ou bien, il est négatif. Mais le résultat est énoncé en fonction du taux de glycémie. Chez la patiente, pour que le test soit négatif, la glycémie effectuée à jeun doit être inférieure à 1,4 g de sucre par litre de sang. Quant aux deux derniers tests, ils doivent être respectivement inférieurs à 1,8 g/l (glycémie à 1 h) et à 1,53 g/l (glycémie à 2 h). Lorsque qu’une de ces 3 valeurs dépasse le seuil, la femme enceinte souffre alors du diabète gestationnel.

Dans ce cas, la femme enceinte devra suivre un autre test pour confirmer le diagnostic. Il s’agit de l’hyperglycémie provoquée par os. Il est réalisé à partir de 100 grammes de glucose. Au nombre des femmes qui présentent un test positif, 80 % auront une hyperglycémie provoquée par os normale. Par contre 20 % auront soit une tolérance au glucose ou bien une confirmation du diabète gestationnel. Par ailleurs, si la glycémie du test o’sullivan est supérieur à 2 g/l, il s’avère inutile de faire une hyperglycémie provoquée par os. On parle directement de diabète gestationnel.

Qui doit passer le test o’sullivan ?

Le test d’O’Sullivan est un examen recommandé pour toutes les femmes enceintes qui présentent des facteurs de risque tels que l’obésité, l’hypertension artérielle, le diabète dans la famille et/ou une grossesse passée ayant entraîné un bébé de plus de 4 kg. Les femmes enceintes ayant déjà été atteintes du diabète gestationnel lors d’une précédente grossesse ou celles qui souffrent de polykystose ovarienne sont aussi invitées à passer cet examen.

Il est capital que les femmes enceintes prennent en compte leurs antécédents médicaux ainsi que ceux de leur famille afin de mieux comprendre si leur cas relève d’un dépistage par le test d’O’Sullivan. N’hésitez pas à poser des questions à votre médecin s’il n’a pas évoqué ce sujet durant vos consultations prénatales.

En revanche, il ne faut pas paniquer si vous devez passer cet examen car cela ne signifie pas forcément que vous êtes atteinte du diabète gestationnel. Le but principal est avant tout la prévention et la détection rapide des anomalies pour assurer une santé optimale pour la mère et son enfant à naître.

Suivez attentivement les instructions données par votre professionnel(le) de santé pendant cette période importante qu’est la grossesse. Faire selon ses indications peut aider grandement à éviter les complications qui peuvent surgir au cours de cette période particulière.

Quelles sont les mesures à prendre en cas de résultats anormaux du test o’sullivan ?

Si les résultats du test d’O’Sullivan sont anormaux, vous devez prendre des mesures pour assurer une grossesse en bonne santé. Les femmes enceintes dont le taux de glycémie dépasse la valeur seuil définie par leur professionnel(le) de santé devront passer un autre examen appelé ‘test de tolérance au glucose‘. Ce test consiste à boire une solution sucrée et à mesurer plusieurs fois les niveaux de sucre dans le sang.

En fonction des résultats obtenus, votre médecin vous recommandera certainement un régime alimentaire spécifique adapté à vos besoins ainsi qu’une activité physique régulière. Si ces mesures ne suffisent pas, un traitement médicamenteux peut être prescrit pour aider à contrôler votre taux de sucre dans le sang.

Vous devez prendre soin de votre santé afin d’assurer la meilleure prise en charge possible lorsqu’un diagnostic positif est posé.

Si vous êtes diagnostiquée avec du diabète gestationnel pendant votre grossesse, sachez que cela peut augmenter les risques d’accouchement prématuré ou par césarienne. Des contrôles plus fréquents seront aussi nécessaires après l’accouchement pour vérifier que tout va bien chez la mère et son enfant.

Vous devez garder en tête que le test d’O’Sullivan fait partie du suivi régulier de votre santé pendant la grossesse et qu’il permet avant tout une détection précoce d’éventuelles anomalies. En suivant les recommandations données par votre professionnel(le) de santé, vous mettez toutes les chances de votre côté pour une grossesse sereine et un bébé en bonne santé.